Huiles essentielles en interne (précautions, dosage…)

Utilisation des huiles essentielles par voie interne

Il est possible d’administrer les huiles essentielles par voie orale, nasale, rectale ou vaginale. Nous allons aborder successivement ces 4 modes d’administration, puis à la fin de cet article, nous aborderons le dosage et la durée du traitement.

* Par voie orale :
Les huiles essentielles peuvent être absorbées sous différentes formes :
– déposez les gouttes sur un demi sucre ou dans une cuillère à café de miel (d’acacia liquide de préférence ) que vous déposez sur la langue. L’inconvénient peut  être le goût  et d’éventuelles brûlures.
– pour les infections de la cavité buccale (angines, aphtes, herpès, abcès, gingivites…) appliquez 2 gouttes directement, à répéter plusieurs fois par jour. On peut diluer l’HE dans une huile végétale ( l’huile de raisin est bien adaptée ).
– sous forme de gélules, préparées en pharmacie selon les indications du médecin, ou prêtes à l’emploi comme celles proposées par Pranarôm pour différents traitements :

Capsules oléocaps nez gorge        Capsules d'huiles essentielles pour aider à la digestion                     Gélules d'huiles essentielles

* par voie nasale :
il est possible de mettre dans les narines, des coton-tiges préalablement trempés dans un mélange d’ huiles essentielles et d’huile végétale.  Cette solution peut être efficace par exemple pour traiter les sinusites.

* par voie rectale :
– sous forme de gélules, préparées en pharmacie selon les indications du médecin.
– diluées dans une huile végétale (huile d’olive) et introduites dans l’anus avec une micro-poire.

* par voie vaginale :
– sous forme de gélules, préparées en pharmacie selon les indications du médecin.
– diluées dans une teinture mère : on utilise une cuillère à café de la préparation, que l’on dilue dans 30 à 50 ml d’une solution aqueuse ( telle le chlorure de magnésium).

Les modes d’administration par voie anale ou vaginale sont appelés « voies royales » car elles permettent d’éviter le passage par le système digestif, dont les sucs digestifs et les enzymes modifient la structure biochimique des huiles essentielles.
Les huiles essentielles sont, là au contraire, directement absorbées par les veines hémorroïdaires, puis par la veine cave, qui les diffuse ensuite dans tout le corps via la circulation sanguine.

Le dosage des huiles essentielles : quelle quantité prendre ?

Les huiles essentielles (HE) sont vendues en flacon de 5, 10 ou 15 ml, soit environ 600 gouttes.
Pour une utilisation par voie interne, voici une règle simple pour savoir – en règle générale – combien de gouttes vous devez prendre.

Flacon versant une goutte d'huile essentielle

 

Pour une utilisation par voie interne, voici une règle                                    simple pour savoir – en règle générale – combien de gouttes vous devez prendre :

 

 

Pour un adulte :
Comptez une goutte par 25 kilos de poids , 1 à 3 fois par jour, toutes huiles essentielles confondues.
Pour une personne de poids moyen, on peut donc estimer que 6 à 10 gouttes par jour est une dose raisonnable.
Cette indication est valable pour une majorité des HE.

Pour un enfant :
N’utilisez pas d’HE par voie interne si l’enfant a moins de 30 mois.
Pour des enfants de plus de 30 mois, donnez avec précaution de 1 à 3 gouttes par jour maximum, le mieux étant vraiment de prendre l’avis d’un aromathérapeute.
Ne donnez pas d’HE dermocaustiques contenant des phénols ou des cétones neurotoxiques.

Si, accidentellement, vous avalez une HE pure, avalez plusieurs cuillères d’huile végétale de cuisine. En cas d’absorption importante, contactez le centre anti-poison. 

Les ovules gynécologiques et les suppositoires utilisent un excipient, qui est incorporé aux huiles essentielles, puis coulé dans les moules à suppositoires.
La dose habituelle est :
– pour les bébés : 50 mg d’ HE 2 à 3 fois par jour
– pour les enfants : 75 mg à 125 mg d’ HE 2 à 3 fois par jour
– pour les adultes : 150 mg à 300 mg d’ HE 2 à 3 fois par jour

* La durée : combien de temps prendre les huiles essentielles ?

Bien entendu la durée varie en fonction de la gravité de la maladie, et de son ancienneté.
Pour les états infectieux, il est généralement conseillé une prise toutes les 3 heures, jusqu’à la guérison complète.
Pour renforcer un terrain, une cure quotidienne est préconisée sur une durée de 21 jours.
Si au bout de 5 jours vous n’obtenez pas d’amélioration :
vérifiez le diagnostic, consultez un médecin
changez d’HE et choisissez en une autre aux propriétés semblables : les effets d’une HE diminuent avec le temps, voir même parfois s’inversent lors d’un usage massif.

L’aromathérapie peut tout à fait être cumulée avec d’autres thérapeutiques et toujours avec une diététique appropriée et une hygiène de vie.

Huiles essentielles : précautions d’emploi

De nombreuses personnes considèrent les remèdes naturels comme étant dénués de tout danger : « ça ne peut pas faire de mal … » entend t-on encore souvent ; or, les huiles essentielles (HE) sont des substances très actives, dont certaines peuvent présenter des contre indications formelles.

Huiles essentielles : précaution d'emploi

Leur utilisation nécessite quelques précautions :

– il faut respecter l’usage indiqué pour chaque huile  essentielle  : certaines sont à utiliser uniquement par voie externe, d’autres ne doivent pas être diffusées etc…

– ne mettez jamais d’HE pure sur les yeux, les muqueuses nasales, auriculaires ou ano-génitales. Si cela arrivait par accident, ne rincez pas à l’eau : utilisez une huile végétale.

– les He ne doivent jamais être injectées par voie intramusculaire ou intraveineuse.

en cas de terrain allergique, et surtout pour une utilisation sur la peau, faites un test de tolérance avec 2 gouttes d’HE dans le pli du coude et observez si vous ne faites pas de réaction.

– veillez toujours à garder les HE hors de portée des enfants. En cas d’ingestion accidentelle, contactez le centre anti poison.

– pour une utilisation externe (sur la peau) la plupart des HE doivent être diluées dans une base d’huile végétale. Notez que les huiles végétales (HV)  possèdent elle aussi des particularités propres, qui permettent d’accroître l’effet des HE.

les HE riches en cétones et lactones sont neurotoxiques ( c’est-à-dire toxiques pour le système nerveux), surtout par voie interne. Elles sont donc souvent contre-indiquées chez les femmes enceintes, allaitantes et les bébés.

les HE riches en phénols (girofle, sariette, thym…) doivent être diluées dans une huile végétale car elles sont dermo-caustives (elles agressent la peau).

les HE ne se dissolvent pas dans l’eau : donc si vous versez des HE dans l’eau de votre bain, elles vont flotter à la surface et peuvent provoquer des irritations.

Enfin, nous vous rappelons qu’un avis médical est irremplaçable dans les cas de maladies graves.